Livraison gratuite à partir de 49 € en France métropolitaine
0 Panier
Ajouté au panier
    Vous avez articles en panier
    Vous avez 1 article en panier
    Total
    Confirmer le panier Continuer les Achats

    Le motif cachemire - De la Perse antique à la mode moderne

     

    Introduction

    Le motif cachemire, aussi appelé motif Paisley, a traversé les âges. Qu'est-ce qui vous vient à l'esprit quand vous pensez à ce motif ?

    Pour certains, cela évoque les motifs du 19e siècle, très utilisé dans les écharpes à la mode et les châles. Les autres pensent bien évidemment au "swinging sixities", avec sa palette de couleurs psychédélique, et ses dessins, beaux et affirmés. C'est sans surprise que le cachemire est source d'inspiration de nombreux mélanges, car il a été utilisé dans une grande variété de styles, et dans de nombreux pays à travers le monde.

    Les origines du motif cachemire

    Au Royaume-Uni, le motif cachemire est souvent associé à l'Ecosse, et la ville d’où il tire son nom bien sûr, la ville de Paisley.

    Ce motif très distinctif appelé "Boteh" était à l'origine utilisé sur des vêtements royaux, et même les couronnes. Les historiens pensent que le motif en goutte d'eau était censé représenter le cyprès ou le manguier, qui étaient des symboles de vie éternelle et de prospérité. Au fil des années, la popularité du motif grandit, et vers 1500, il était un motif commun dans l'habillement (et le travail de la pierre) à travers l'Asie.

    Voyage vers le Royaume-Uni

    Vers la fin des années 1700, la Compagnie britannique des Indes orientales est tombée sur les vêtements "Boteh" des Asiatiques, et en ramena quelques échantillons au Royaume-Uni. Le motif a rencontré énormément de succès, et les fabricants ont très vite expérimenté des méthodes pour créer des tissus similaires.

    L'ironie, c'est que les premiers endroits où ont été produit le motif paisley, étaient Norwich et Édimbourg, et non la ville de Paisley. Ce n'est pas avant le 18e siècle que le Cachemire est devenu l'épicentre de ce motif iconique. Les guerres napoléoniennes étaient largement responsables de ce fait. Des échanges commerciaux réduits signifiaient que les ouvriers de la soie étaient au chômage technique, et quand les manufactures d'Édimbourg les ont embauchés pour prendre des commandes de tissus d'inspiration Boteh, c’est là qu’ils ont réalisé tout le potentiel de produire ces tissus eux-mêmes.

    La montée et la chute (et remontée) du cachemire

    Le cachemire était à la pointe de la mode du début de l'ère victorienne, avec des gens qui se battaient pour mettre la main sur des châles et des écharpes bien tissées. Arrivé en 1845, le motif cachemire moderne est devenu si populaire que les Français ont commencé à le copier, ce qui amena gouvernement britannique à breveter le motif.

    However, by the end of the Victorian era, interest in the material had waned, until it was virtually non-existent. It wasn’t until the 1960s that paisley experienced a sudden resurgence, and became forever associated with ‘hippy’ fashion. Celebrities such as The Beatles, The Rolling Stones and Twiggy pushed it even further into the limelight, making it the must-have fabric of the time.

    Malgré tout, vers la fin de l'ère victorienne, l’engouement général pour ce motif s'est estompé, jusqu'à ce qu'il devienne virtuellement non-existant. Ce n'est qu'à la fin des années 1960 que le cachemire prend un nouveau départ, et qu'il commence à être associé avec la mode hippy. Les stars telles que les Beatles, les Rolling Stones, et Twiggy Lawson le mis encore plus dans la lumière, faisant de ce motif un must-have.

    Même aujourd’hui, le cachemire continue à être utilisé par les créateurs de mode à travers le monde. Par exemple, le show de Jonathan Saunders en 2012 s'appuie énormément sur le motif cachemire, comme l'avait fait avant elle Ronit Zilkha dans sa collection 2004. Mais Stella McCartney, Jil Sand, et JW Anderson l’ont aussi énormément utilisé dans leur défilé de mode.

    Des racines anciennes, d’inspiration asiatique

    Les motifs paisley sont toujours utilisés dans le monde de la mode, plus particulièrement dans les pantalons et sarouels de yoga, et d’autres vêtements au style décontracté. Les designs, organiques, ou d’inspiration naturelle, se marrie très bien avec de type de style de vie, faisant de lui un choix populaire pour les gens qui voyagent ou qui recherchent une certaine harmonie chez eux.

    Pour jeter un œil à notre collection de vêtements ethniques utilisant des motifs cachemire, cliquez ici.

    Etudions les Mandalas : leurs origines et leurs significations

    Etudions les Mandalas : leurs origines et leurs significations

    Les mandalas bénéficient d’un regain de popularité en ce moment. On les trouve partout, aussi bien dans la décoration d’intérieur que dans les tatouages. Leur attrait est évident, il y a quelque chose de spécial au sujet de ces motifs détaillés, géométriques. Ils ne sont pas juste agréables à regarder, ils sont aussi très symboliques.

    Voilà quelques informations sur l’histoire du mandala, et ses nombreux secrets cachés.

    Des origines bouddhistes très anciennes

    Le mot « mandala » est en réalité un mot Sanskrit à l’origine, il signifie « cercle » ou « objet en forme de disque ». Le nom laisse sous-entendre quelque chose de banal, mais pour les bouddhistes, les hindouistes tantriques et les jaïnistes, le mandala a une grande importance. C’est un objet symbolique de dévotion, représentant l’univers ou un royaume imaginaire que les adeptes doivent contempler en méditant.

    Dans sa forme la plus simple, le mandala est constitué d’un carré avec 4 portes, contenant un cercle au milieu. Chacune de ses portes prend la forme d’un « T », et plus généralement, le motif est symétrique et équilibré. Malgré tout, quelques motifs sont vraiment complexes, et certains font même figurer le seigneur Vishnu ou Bouddha en son centre.

    La signification politique et religieuse

    Les motifs géométriques détaillés sont utilisés par les bouddhistes pour leur rappeler la divinité et les aider à la méditation. Pendant la méditation, les bouddhistes se concentrent sur les motifs les plus complexes, percevant cela comme une révélation de la vérité sur l’univers, et un symbole de notre existence intérieure et notre relation au monde qui nous entoure.

    Plus surprenant, le mandala a été aussi utilisé pour représenter un point de vue politique. Dans l’Arthashâstra, un texte datant de 400 ans à 200 ans avant Jésus-Christ, l’auteur utilise un Raja-mandala (ou cercle d’états), pour représenter les formations politiques de l’époque.

    La méditation bouddhiste

    Pour les bouddhistes, le mandala représente la pureté intérieure et l’illumination de l’esprit. Il est perçu comment un endroit séparé du monde séculaire, et est souvent compris comme une représentation du Nirvana. Quand ils méditent sur le mandala, les bouddhistes ressentent la paix et la clarté.

    Certains bouddhistes construisent aussi des mandalas dans le sable, ils pensent que l’énergie positive se diffuse à l’environnement alentour, et aux gens suffisamment chanceux pour les percevoir. Il y a une croyance qui dit que la peinture mandala dans le sable a été inventée par Bouddha lui-même, et que de ce fait le procédé est sacré à la pratique du bouddhisme. Les différents motifs représentent les différentes leçons de Bouddha, et chaque motif est précédé par une cérémonie d’ouverture, dans laquelle le sable est consacré et les forces du bien sont invoquées.

    Les Mandalas dans le monde occidental

    Les mandalas sont souvent perçus comme un symbole nouveau dans la culture occidentale, ce serait le psychanalyste Carl Jung qui l’aurait introduit au début du 20e siècle, comme une solution pour explorer l’inconscient. Chaque matin, il dessinait des motifs circulaires sur son calepin, qu’il trouvait être représentatif de ses pensées intérieures. Jung commença à encourager ses patients à faire de même, et pensait que le mandala était « le soi, l’entièreté de la personnalité qui, normalement, est harmonieuse. » («Ma vie»: Souvenirs, rêves et pensées :  Carl Jung)

    Les mandalas aujourd’hui

    Le mandala continue aujourd’hui d’être pertinent dans le monde moderne, comme symbole de contemplation, de calme et d’exploration intérieure. On les trouve autour de nous, dans l’architecture, l’art, la mode, et l’ameublement, ce qui montre à quel point les gens accordent toujours autant d’intérêt à leur côté artistique et leur signification. Forgotten Tribes propose dans sa gamme un large éventail de jetées de lit mandalas, qui peuvent être utilisées sur le lit ou le sofa, ou même comme tenture. Il rappelle au jour le jour qu’il faut savoir apprécier la pensée, la médiation et la paix intérieure.

    La nature sacrée – comprendre l’Arbre de vie

    Tenture arbre de vie - jetée de lit - couvre lit | Forgotten Tribes

    Les humains sont souvent attirés par la nature, particulièrement les régions boisées et la forêt. Il y a quelque chose d’holiste quand nous sommes en présence d’un arbre, et beaucoup de gens affirment qu’ils se sentent calmes et apaisés par le simple fait de s’asseoir à l’ombre d’un arbre.

    L’Arbre de vie : ses racines, ses origines

    Ce symbole de l’Arbre de vie, appelé parfois l’arbre sacré ou l’arbre de connaissance, revêt une importance dans de nombreuses cultures à travers le monde.

    Les anciens Égyptiens croyaient que l’Arbre de vie symbolisait la série d’évènements qui ont amené le monde à son existence. Il représentait l’ordre naturel des choses. Mais d’autres arbres étaient tout aussi importants, comme l’arbre tamari, qui dissimulait la tombe d’Osiris, et le sycomore, qui étaient considérés comme un passage reliant le monde des vivants avec le monde des morts.

    Les Assyriens plaçaient aussi une grande importance dans l’Arbre de vie, et ce motif était souvent utilisé dans leurs sculptures et gravures. Malgré tout, les historiens ne savent pas réellement quelle est la signification symbolique de l’arbre dans la culture assyrienne, car il n’y a aucune preuve textuelle de celle-ci.

    L’arbre symbolique apparait aussi dans plusieurs des grandes religions considérées comme majeures. Buddha est souvent dépeinte comme gagnant du savoir sous un arbre, et l’arbre de l’immortalité figurant à de nombreuses reprises dans le Coran. Dans la religion chrétienne, l’Arbre de vie représente le stade parfait de l’humanité (avant la chute d’Adam et Ève), et dans le Judaïsme, il est lié au savoir divin.

    Signification ésotérique

    L’Arbre de vie est aussi un élément central de la Kabbale, et dépeint les pouvoirs des dix Sephirot, les dix étapes qui ont amené à la création du monde. Le trois premiers Sephirot montrent les énergies primordiales de l’Univers, puis les Sephirot suivants montrent l’évolution (l’étape appelée l’Abysse). Le Séphirot le plus élevé dépeint l’énergie divine.

    Malgré tout, l’Arbre de vie de la Kabbale est aussi lié à l’Homme, et son être intérieur.

    Comprendre l’Arbre de vie

    Il y a plusieurs sens différents qui sont donnés à l’Arbre de vie. Pour certains, c’est un symbole de développement et d’évolution, avec les racines poussant en avant pour former l’arbre, les branches et finalement une abondance de feuilles.

    C’est aussi une représentation du lien entre la terre et le ciel, autrement dit notre mère la Terre, et notre père le Soleil. C’est la reconnaissance de la vie qui subvient à nos besoins, et d’un royaume spirituel que nous essayons de mieux comprendre.

    L’Arbre de vie est aussi un symbole de pouvoir élémentaire, l’unité de la Terre (où l’arbre grandit), de l’eau (qui lui permet de vivre), du feu (la puissance du soleil) et de l’air (dans lequel l’arbre fleurit).

    Pouvoir décoratif

    Peu importe vos croyances sur l’Arbre de Vie, c’est avant tout un symbole qui détient un très fort pouvoir visuel, qu’on retrouve aussi bien en décoration que dans la mode. Nos tentures Arbre de vie sont un de nos articles les plus populaires, probablement parce que les gens se retrouvent dans ce symbole et apprécient sa présence.

    Voir notre tenture Arbre de vie sur le site.

    Le chanvre : le tissu plus ancien au monde, et le plus écologique ?

    Le chanvre tissu sac à dos écologique - Forgotten Tribes

    Peu de plantes ont une histoire aussi fascinante (et controversée) que le chanvre. Une des premières plantes domestiquée par l’homme, le chanvre a été utilisé pendant des siècles comme textile, mais aussi pour confectionner des cordes, et même faire du papier. Plus récemment, les graines et les plantes de chanvre ont commencé à être utilisées pour faire de la nourriture saine et des produits de beauté, mais c’est surtout la possibilité de confectionner avec ses fibres qui nous intéresse dans cet article. Voici donc quelques informations sur le chanvre, et son impressionnant CV écologique.

    Qu’est-ce que le chanvre ?

    Le chanvre est une variété de la plante Canabis sativa, qui pousse principalement dans l’hémisphère nord. C’est une idée erronée que de dire que, parce qu’il a un bas niveau de THC (un composant psychoactif), il a les mêmes effets que le cannabis. Ce n’est pas du tout le cas. Les plus hauts niveaux de cannabidiol dans le chanvre réduisent les effets psychoactifs, et pour être « défoncé », il faudrait fumer 10 à 12 cigarettes de chanvre sur une période extrêmement courte.

    Malheureusement, ces explications n’ont pas suffi à empêcher son interdiction aux États-Unis au début du 20e siècle; malgré le fait que George Washington et Thomas Jefferson en faisaient tous les deux pousser.

    Premiers usages

    Les historiens pensent que le chanvre est utilisé par les hommes depuis environ 12 000 ans. Une des plus anciennes reliques de l’histoire de l’humanité serait d’ailleurs un vêtement en chanvre qui daterait de 8000 avant J-C.

    Nos ancêtres avaient de nombreuses utilisations différentes pour le chanvre, mais une des plus communes était la création de cordes et de tissus grossiers. Il était même utilisé comme support d’écriture, et croyez-le ou non, le mot « canvas » est dérivé du mot « cannabis » !

    Au fur et à mesure des sicèles, les hommes ont découvert de nouvelles façons d’utiliser cette plante versatile. Henry Ford expérimenta par exemple le chanvre pour créer un bioplastique pour ses voitures, et Rudolf Diesel développa une voiture capable de rouler à l’huile de chanvre. C’est aussi excellent pour nourrir les oiseaux, ça se transforme très bien en papier pour les livres, et ça peut même être utilisé comme encre. Apparemment, il existerait aujourd’hui plus de 25 000 utilisations différentes du chanvre à travers le monde.

    De bonnes références écologiques

    Forbes récemment mis en avant les avantages d’utiliser le chanvre, pas seulement d’un point de vue économique, mais surtout parce que c’était bénéfique pour l’environnement. Les plantes sont résistantes aux insectes nuisibles, ce qui signifie que les fermiers n’ont pas à utiliser d’insecticides nocifs pour les protéger. Il pousse très bien dans un environnement restreint, empêchant les mauvaises herbes de grandir, ce qui élimine le besoin d’utiliser des pesticides. Le chanvre pousse aussi extrêmement rapidement, ce qui en fait une ressource renouvelable.

    À cause de la perception négative lancinante de cette plante remarquable, elle n’est pas aussi développée qu’elle le devrait. De plus en plus de gens commencent à reconnaitre les nombreuses vertus que cette plante a à offrir, et c’est tant mieux.

    Le chanvre et la mode

    Le chanvre a une texture naturelle très spécifique, un atout. Il est aussi résistant à l’usure, et plutôt solide. Nos sacs à dos népalais sont conçus à partir de chanvre et sont disponibles en plusieurs coloris. Ils peuvent aussi bien servir à transporter des affaires de cours, qu’à transporter vos courses.

    Vous pouvez voir notre collection de sacs en chanvre eco-friendly ici.

    La perfection de l’imprimé – Des façons traditionnelles (et surprenantes) d’imprimer sur des tissus

    Imprimé textile - Vêtement ethnique chic - Fabrication - Forgotten Tribes

    Voyager à travers le monde, et vous découvrirez une énorme gamme de tissus traditionnels imprimés, des tissus floraux élaborés d’Asie, en passant par les motifs géométriques d’Afrique. Nous apprécions souvent énormément le design et les couleurs de ces vêtements, sans vraiment savoir comment l’effet était obtenu, et à quel point les méthodes d’impressions sont complexes !

    Voici un aperçu de techniques d’impressions sur tissu les plus usitées.

    Les méthodes traditionnelles d’impression de tissu

    • L’impression avec des planches de bois gravées : L’Inde est très réputée pour avoir les designs de tissus les plus détaillés. Bien que beaucoup de leurs textiles soient cousus ou tissés, l’impression à la planche est fréquemment utilisée. Elle est idéale pour reproduire des motifs répétitifs sur des vêtements.

    La sculpture du bois est une forme d’art en elle-même, et elle nécessite une équipe de sculpteurs spécialisés, qui peuvent transformer un morceau ou une planche de bois en motifs élaborés. L’encre est appliquée au bloc de bois, qui est ensuite pressé sur le vêtement. Cette méthode est aussi utilisée par de nombreux artisans à travers l’Asie du Sud-est.

    • Le batik : L’Indonésie (et plus particulièrement Java) est réputée pour son impression en Batik, même si c’est une technique qui est aussi utilisée en Malaisie, au Bangladesh, à Singapour et au Nigéria. Premièrement, le vêtement est lavé et frappé, puis l’artiste applique le motif dans de la cire chaude, utilisant un instrument similaire à un pochoir. Puis, le morceau de tissu est teint et la cire enlevée, révélant les motifs en dessous.

    Chaque pays a sa propre variation du batik, aussi bien au niveau de la technique que des motifs utilisés. Par exemple, le batik javanais utilise des formes géométriques qui se répètent, le batik japonais fait figurer des animaux, des oiseaux et des fleurs, et le batik européen quant à lui, dépeint plus souvent des images de maisons ou d’animaux.

    • La sérigraphie : La Chine est le lieu de naissance de ce que nous connaissons sous le nom de sérigraphie, bien que la technique n’ait cessé d’évoluer au fil du temps. Remontant aussi loin que la dynastie Song (960 – 1279 avant J.-C), il est essentiellement une forme d’utilisation du pochoir. Le tissu est étiré sur un cadre, un pochoir est fixé dessus, puis l’encre est appliquée sur la surface. Quand le pochoir est enlevé, il dévoile un motif visible.

    De nos jours, les techniques sont bien plus élaborés, et utilisent des produits chimiques et des mailles spécifiques pour créer des designs plus élaborés.

    • Le « Tie-dye » ou teinture par nouage : Une des formes les plus récentes d’impression sur tissu est le « Tie-dye », qui est apparu aux

      États-Unis au milieu des années 1960. Toujours associé avec la culture hippie, le Tie-dye implique de plier, de mettre en boule, ou de lier des vêtements (souvent avec un élastique), puis de teindre le tissu. Après l’opération, il reste un motif et psychédélique et éclatant.

    Des formes de Tie-dye plus nécessitent demandent des étapes supplémentaires, comme une application de multiples teintures supplémentaires, utilisées dans un certain ordre, ou utilisant une autre forme de « réserve » comme le pochoir plutôt que l’élastique.

    • Le Calicot : L’impression Calicot a été créée en Inde, et elle utilisait à l’origine les techniques d’impression à la planche. Néanmoins, au 17ème siècle, les Européens commencèrent à adopter le style, et adaptèrent la méthode d’impression, utilisant à la place des rouleaux de cuivre pour créer les motifs.

    Hargreaves and Company, à Preston dans le Lancashire, fut l’un des premiers à construire en masse des tissus utilisant la technique calicot, en 1785.

     

    Tissus traditionnels, techniques modernes

    Bien sûr, de nos jours, les méthodes d’impression ont évolué, permettant à l’artisan de travailler à un rythme plus rapide. Malgré tout, les remarquables motifs, imageries, et formes, sont toujours très présents dans les vêtements que l’on trouve aujourd’hui, et chacun de ses vêtements à une histoire à raconter.

    Si vous voulez voir des exemples de ses vêtements d’inspiration traditionnelle, cliquez ici.